Géographie Terminale S

Chapitre 3 Géographie Terminale S : Dynamiques géographiques de grandes aires continentales

Leçon Géographie Terminale S: Le continent américain, entre tensions et intégrations régionales (version 2017)

Chapitre 3 Géographie Terminale S : L’Asie du Sud et de l’Est, les défis de la population et de la croissance (version 2017)

Chapitre 3 Géographie Terminale S: L’Asie du Sud et de l’Est, Japon et Chine, concurrences régionales, ambitions mondiales (version 2017)

Chapitre 2 Géographie Terminale S : Les dynamiques de la mondialisation

Chapitre 2 Géo Terminale S “L’automobile, un produit mondialisé” (Etude de cas obligatoire au choix )

Chapitre 2 Géographie  Terminale S : Les dynamiques de la mondialisation

 Chapitre 2 Géo Terminale S La Mondialisation en fonctionnement: acteurs, flux, débats

Chapitre 2 Géographie Terminale S: Les dynamiques de la mondialisation

Chapitre 2 Géo Terminale S La Mondialisation: Les territoires de la mondialisation

Chapitre 1 introductif Géographie Terminale S : 4 clés de lecture pour comprendre le monde

Chapitre 1 Géographie Terminale S: Des cartes pour comprendre le monde complexe

Des cartes actualisées pour une clé de lecture géopolitique

Un florilège de cartes pour comprendre le monde actuel à partir de:

Hebergeur d'image

Les Etats assurent toujours la gouvernance mondiale 
197 pays reconnus dans le monde en 2015. 8 pays ne sont pas membres de l’ONU  mais sont reconnus par au moins un autre pays : il s’agit du Kosovo, de la République arabe sahraouie démocratique, de Taïwan, de l’Abkhazie, de l’Ossétie du Sud, de la République turque de Chypre du Nord, l’Azad Cachemire.

Il existe en outre des 2 Etats reconnus par des non-membres de l’ONU et 5 Etats indépendants non reconnus. Ce qui monte le nombre total de pays à 210.
Notons qu’il existe aussi environ 110 territoires contestés et près de 160 dépendances et territoires divers.

Répartition par des pays sur les continents:

  • L’Afrique compte 54 pays
  • Amérique: 35 pays
  • Asie: 47 pays
  • Europe: 45 pays dont 28 appartiennent à l’Union Européenne
  • Océanie: 16 pays

Hebergeur d'image

Une nouvelle donne géopolitique en ce début du XXIème siècle:

Les Etats-Unis demeurent une hyperpuissance et conserve leur  rayonnement global depuis deux décennies après la fin de la guerre froide. Les Etats-Unis renouent avec le multilatéralisme depuis la présidence d’Obama en 2009, mettant fin à l’unilatéralisme des père et fils Bush. L’Amérique d’Obama prône le « leadership intelligent » (le smarter leadership).afin de redéfinir leur puissance et leur rôle.

L’habileté de la politique d’Obama est de combiner à la fois l’outil diplomatique (softpower) et la suprématie militaire (hardpower).

Ainsi au Moyen Orient depuis 2009, c’est l’usage mesuré des armes qui prime, par des drones au Pakistan contre Al-Quaïda ou des bombardements stratégiques en Irak et en Syrie. De la même manière l’option militaire a été écartée dans le dossier de l’arme nucléaire en Iran au profit de la diplomatie, des négociations entre Washington et Téhéran ont abouti à un accord-cadre fin mars 2015.

En Asie, l’accent étant mis sur le commerce, un partenariar transpacifique (TPP) est en cours d’achèvement pour créer une zone de libre-échange,  Asie-E.U. Mais avec l’émergence chinoise, jugée porteuse de risques pour les E.U. un dispositif militaire est redéployé vers l’Asie-Pacifique; à l’horizon 2000, la marine américaine devrait être basée pour 60% dans la région.

La Chine est devenue la 2ème puissance économique derrière les Etats-Unis.

Mais selon le FMI, la Chine se plaçait en 2014 au 3e rang économique derrière l’Europe et les E.U., mais au 1er rang en parité de pouvoir d’achat, 13% du PIB mondial.

Et la Russie retrouve son influence.

Fin 1990, disparaissait l’URSS, l’un es deux « grands » du monde bipolaire. Deux décennies plus tard, la Russie est de nouveau un acteur de la scène  internationale, un des BRICS émergents et une puissance, apte à annexer au printemps de 2014, la Crimée sous souveraineté ukrainienne.

Quand l’Union Européenne se fragilise et se désavoue par son manque d’inertie et par la rigidité de ses choix politiques.

Les autres acteurs de la gouvernance mondiale: G20

Les 20 Etats les plus riches du monde (90% du PIB mondial), s’imposent chaque année un forum dit de coopération économique et financier et incarnent l’expression d’un monde multipolaire. Au G7 rejoint par la Russie s’ajoute les BRICS (concept né en 2003 par la banque d’affaires Goldman Sachs pour désigner les pays émergents) qui réunit Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud.

Auxquels sont associés dans le cadre du G20: Mexique, Argentine, Indonésie, Turquie, Arabie Saoudite, Corée du Sud, Australie et Union Européenne.

Le statut du G20 pose certains problèmes et il reçoit de nombreuses critiques concernant sa taille, son manque de légitimité et sa représentativité. C’est ce dernier reproche qui fait l’unanimité.

Vers de nouveaux Etats: nationalisme culturel ou repli face au « village global »

Entamé au XIXe siècle, le réveil des nationalités en Europe ne semble pas avoir pris fin avec l’émergence d’Etats-Nations au XXe siècle. Les deux référendums organisés à l’automne 2014 en Ecosse et en Catalogne et dernièrement les élections régionales catalanes en septembre 2015 confirment la tendance. Plusieurs régions d’Etats de l’Union européenne aux particularismes tels que la Flandre, l’Ecosse, la Catalogne, le Pays Basque, l’Italie du Nord ou la Corse, font entendre leurs voix à une meilleure reconnaissance de leur identité;

La plupart des revendications des partis nationalistes portent essentiellement sur l’autonomie financière et fiscale « dans une approche utilitariste en termes de gains et de pertes vis-à-vis de leur Etat ». Le phénomène de la mondialisation a tendance à favoriser le repli sur soi, le local et donc son identité propre, sa nation.

Les conflits dans le monde actuel: cartes par zonalité de conflits

L’embrasement du Moyen-Orient, un risque majeur pour le monde

Article de Nouriel Roubini dans Les Echos, Idées-débats, rubrique éditos-analyses, vendredi 9 octobre 2015 que je vous conseille de lire, élèves de Terminale, car il offre un point de vue pertinent  et clair sur cette question de géopolitique que vous avez au programme soit en géographie, lecture de cartes géopolitiques ou en histoire, la question des enjeux au Moyen Orient .

« Des années après les premières crises pétrolières, la région est redevenue l’épicentre des risques géopolitiques. Mais la menace ne vient plus d’une pénurie de pétrole. Le vrai défi lancé au monde est le trop-plein de migrants.