Bibliographie

image

Extrait du site web France Culture présentation du nouvel essai de Bénédicte Verger-Chaignon sur son dernier « Pétain  » paru en janvier 2016

« ….Ils ont dû oublier comment c’était, Vichy. Cette façon déshonorante de traiter un peuple. En lui disant en permanence « tu l’as bien mérité », en le privant de dessert, en tabassant les réfractaires, en camouflant sa méchanceté sous l’apparence bonasse d’un vieux chef à allure de grand-père. En chantant d’une voix bien martiale des hymnes nationalistes. En France, le nationalisme est la rodomontade de la défaite. Un écrivain gaulliste, Jean Dutourd, a relevé qu’on n’a jamais été aussi « national » que sous Pétain, quand la nation était humiliée. Tout ce qui était faux et de mauvaise qualité était qualifié de national. Le café, qui était fait avec de la sciure, était le café national, par exemple. Au fond, c’était un régime de maîtres chanteurs. La chanson niaise et sentimentale qu’il susurrait pour mieux tenir le pays est bonne à rappeler, dans un moment encore où le maire fasciste de Béziers propose rien moins que la création d’une milice – sans avoir été révoqué par le préfet.

Quel est le secret professionnel du sentimentalisme du pétainisme, je reçois pour en parler Bénédicte Verger-Chaignon, auteur chez Perrin d’une biographie Pétain et, tout récemment chez le même éditeur, des Secrets de Vichy. »