Leçon Géographie Terminale S: L’Asie du Sud et de l’Est les défis de la population et de la croissance (version 2017)

 L’Asie du Sud et de l’Est : les défis de la population et de la croissance.

Introduction :

Asie en assyrien ancien, se prononce « assu » pour désigner l’Est. L’Asie du Sud et de l’Est, l’Asie méridionale (du Sud) réunit tous les pays de la péninsule indienne, autour de l’Inde, voir carte 341, (Pakistan, Népal, Bhoutan, Bangladesh, Sri Lanka, Maldives) tandis que l’Asie orientale réunit l’ensemble des pays asiatiques de la façade pacifique (membres de l’APEC, sauf Corée du Nord).

Voir cartes p.342-343. Cet ensemble offre une certaine unité géographique (des climats humides de mousson, des pays de civilisations du riz qui expliquent les fortes densités de population enregistrées presque partout). Cet espace est marqué par une croissance économique rapide et spectaculaire, résultat d’une adaptation réussie des économies nationales aux impératifs de la mondialisation (surtout depuis les années 1980). Cet espace réunit plus de 4 milliards d’habitants en 2017, soit plus de 1/2 de la population mondiale.

Quels sont les défis posés par cette croissance spectaculaire ? Quelles sont les ambitions de l’Asie du Sud et de l’Est dans la mondialisation ?

Pour y répondre, nous étudierons tout d’abord les défis du peuplement et de l’urbanisation, puis ceux posés par la croissance économique, avant de terminer par les disparités croissantes de cet ensemble géographique analysé à différentes échelles.

I – LES DEFIS DU PEUPLEMENT ET DE L’URBANISATION :

1 – Plus de la moitié de la population mondiale : carte p.342

 L’Asie méridionale et orientale réunit plus de 4 milliards d’habitants, la Chine (1,38 milliard d’habitants en 2017) et l’Inde (1,32 milliard d’habitants en 2017) étant  les deux pays les plus peuplés du monde. L’Asie orientale possède des densités de population parmi les plus élevées du monde (dans l’espace que nous avons choisi d’étudier, les densités sont > à 100h/km² partout).

C’est en partie un héritage historique pour les zones rurales (civilisations du riz qui nécessitent une main-d’œuvre nombreuse pour les travaux agricoles et l’entretien des aménagements agricoles, dans le cadre de communautés rurales très structurées où le sens du travail collectif est valorisé). C’est un héritage des civilisations du riz, céréale qui nécessite beaucoup de main-d’œuvre et fournit des récoltes abondantes, une céréale permettant jusqu’à trois récoltes par an. Cependant, les dynamiques démographiques sont très contrastées (comparer Chine et Inde).

2 –  Deux défis démographiques majeurs :

 Ce sont la maîtrise de la croissance démographique et le vieillissement de la population d’abord (très prononcé au Japon : les chiffres fournis par l’INED en 2015 sont révélateurs en ce qui concerne l’ISF, indice synthétique de fécondité qui calcule le nombre d’enfants nés vivants par femme en âge de procréer soit de 15 à 49 ans, le renouvellement des générations étant assuré avec un indice théorique de 2, or les chiffres sont très variables d’un pays à l’autre : 1,2 seulement en Corée du Sud, 1,3 à Singapour, 1,4 au Japon, 1,7 en Chine où la politique de l’enfant unique mise en place de 1979 à 2015 et assouplie en 1984 dans les campagnes et en 2013 dans les villes a fait lourdement chuter la natalité, et elle est remplacée en 2015 par la politique des deux enfants, alors que l’Union indienne atteint le chiffre de 2,3, le Vietnam 2,4, le Pakistan 3,8 et l’Afghanistan 4,9.

           Les pays ayant un ISF faible doivent faire face au problème de la diminution relative de la population active qui augmente les charges sociales et ralentit la croissance économique, engendre un manque de dynamisme de la population et un égoïsme des enfants uniques, tandis que les pays ayant un ISF élevé doivent faire face à l’arrivée massive des jeunes dans le système éducatif puis sur le marché du travail).

Défi commun à cet ensemble géographique est le déséquilibre entre les sexes ensuite (héritage des cultures rurales où la jeune mariée entre dans la famille du mari avec le versement d’une dot et ne pourra pas subvenir aux besoins de ses parents, ce déséquilibre est très marqué depuis 1955, il s’observe également dans les naissances depuis 1990 avec plus de naissances de garçons que de filles, ce qui peut s’expliquer par la pratique de l’infanticide ou de l’avortement, l’INED indique en Inde un ratio de 110 personnes de sexe masculin pour 100 de sexe féminin, en Chine le ratio est de 115 en raison de la politique démographique autoritaire, les démographes prévoient un ratio de 150 en Inde et en Chine en 2050 selon l’INED, ce qui combiné aux effets de la politique démographique chinoise actuelle devrait faire baisser la population chinoise de 250Mh d’ici 2050, l’Inde devenant alors le pays le plus peuplé du monde selon le démographe Christophe Z. Guilmoto).

3 – Une urbanisation rapide et disparate : voir carte n°1 p. 342 et dossier p.346/7

 Cet espace a un taux d’urbanisation moyen, mais il possède les plus grandes agglomérations du monde selon le WUP publié par l’ONU en 2014, dont Tokyo (environ 38Mh, capitale du Japon et première mégapole du monde), Delhi (26Mh, capitale de l’Inde et seconde mégapole mondiale), Shanghai (24Mh en 2014, métropole de la Chine et troisième mégapole mondiale), Mumbai (21Mh en 2014, métropole de l’Union indienne et 5e mégapole mondiale), Beijing (20Mh, capitale de la Chine et 7e mégapole mondiale).

Le Japon possède la première mégapole du monde (Tokyo, 38Mh), ainsi que deux autres mégapoles majeures (Osaka qui réunit 20Mh et Nagoya). L’ensemble forme la mégalopole japonaise devenue l’hypercentre de l’Asie orientale (équivalent asiatique de la Mégalopolis).

La Corée du sud possède deux métropoles (Séoul et Pusan).

La Chine littorale est dominée par six mégapoles dont la croissance démographique a été très rapide (Beijing ou Pékin la capitale, Chongqing, Shanghai métropole économique et financière de la Chine, Hong Kong qui est associée à Shenzhen et à Guangzhou ou Canton). Cette urbanisation est inégalement maîtrisée comme on peut le constater avec les exemples de Shanghai et de Mumbai. La croissance est maîtrisée dans les villes des pays du Nord (Japon, Corée du Sud, Taiwan et Singapour, ainsi qu’en Chine littorale, mais elle est mal maîtrisée en Chine intérieure, ainsi qu’en Asie du Sud-Est et du Sud.

II – LES DEFIS POSES PAR LA CROISSANCE ECONOMIQUE :

1 – L’Asie du Sud et de l’Est, principal pôle de croissance de l’économie mondiale : carte p.343

Aujourd’hui la croissance économique de l’Asie orientale en fait l’espace en développement le plus important du monde. Dans un contexte économique de crise mondiale, tous les pays de l’Asie orientale affichent des taux de croissance élevés, à l’exception du Japon (0,6% en 2015). Le PIB chinois a augmenté de 6,8%, celui de l’Inde de 7,3% en 2015. Le poids de l’Asie du Sud et de l’Est dans l ‘économie mondiale est donc considérable. Plus de 3.900Mh en 2015, soit 54% de la population mondiale, 22.500Mds$ de PIB en 2014, soit 29% du PIB mondial.

           Le Japon, 3e puissance économique du monde a bénéficié d’un passé industriel (décollage dès le milieu du XIXe siècle, ère Meiji ou des Lumières de 1868 à 1911, Empereur Mutsuhito). Le PIB/h japonais est donc comparable à ceux des pays d’Europe occidentale, ce qui est aussi le cas des 4 anciens dragons ou NPIA (nouveaux pays industrialisés d’Asie : Corée du Sud, Taiwan, Hong Kong, Singapour) qui sont considérés aujourd’hui comme faisant partie des pays du Nord.

Par contre, la Chine et les pays de l’ASEAN (marché commun de l’Asie du Sud-Est créé en 1967) sont encore classés dans les pays du Sud (sauf Singapour) en raison d’un PIB/h faible. Le « nouveau dragon » (Chine), les « tigres » (Indonésie, Malaisie, Vietnam, Thaïlande) et les « bébés tigres » (Laos, Cambodge, Birmanie) sont les « pays ateliers » du monde.

Les pays de l’Asie du Sud (Union indienne et pays voisins) sont eux-aussi des PED, avec une population rurale plus importante et un retard marqué en matière de développement économique (le Népal, dévasté par un séisme meurtrier en 2015, le Pakistan et l‘Afghanistan, affaiblis par la guerre civile, sont des PMA).

2 – L’Asie du Sud et de l’Est, espace fortement intégré dans la mondialisation :

L’Asie orientale et méridionale fournit l’essentiel des consoles de jeux, des lecteurs MP3, des appareils photo numériques, des télés écrans plats, des PC portables, des téléphones mobiles produits dans le monde.

La Chine produit 70% des photocopieurs, 55% des appareils photo, 50% des ordinateurs, 60% des bicyclettes, 50% des chaussures, 70% des jouets, 83% des tracteurs et 43% des textiles vendus dans le monde en 2008. Les produits manufacturés représentent plus de 70% des exportations chinoises : la Chine est bien devenue le plus grand NPI du monde (un NPI a une production industrielle > 25% PIB et consacre plus de 50% de ses exportations à des produits manufacturés). La part des exportations chinoises dans les échanges mondiaux est passée de 1,2% en 1983 à 7,5% en 2006 et 12,1% en 2013 (numéro 1 mondial). La Chine est aujourd’hui le pays le mieux intégré dans le commerce mondial de marchandises.

L’Asie orientale et méridionale est traversée de flux commerciaux majeurs, s’appuyant sur la première façade maritime du monde. Nous savons que l’Asie orientale possède 16 des 20 premiers ports de commerce du monde (dont 13 en Chine) et 15 des premiers ports de conteneurs du monde (dont 9 en Chine) en 2013 (source IEM). Shanghai est le premier port de conteneurs du monde, devant Singapour, avec plus de 30 millions d’EVP en 2013.

Singapour, cité Etat membre de l’ASEAN (marché commun de l’Asie du SE), troisième port du monde par son trafic et second port mondial de conteneurs, est l’un des plus grands hubs du monde (point central d’un réseau de transports où est assuré un maximum de correspondances) et une plate-forme multimodale assurant le relai entre différents modes de transport. La cité-Etat possède un CBD (centre des affaires) avec bourse des valeurs, des sièges sociaux de FTN s’y trouvent. Singapour est majoritairement peuplée de familles de la diaspora chinoise, qui assure 25% des échanges internationaux de la Chine (d’où des flux informels majeurs). Mais Singapour est aussi le centre d’une activité transfrontalière associant les populations des pays voisins : triangle de prospérité SIJORI (Singapour, Johor, Riau). Singapour délègue à ses voisins les activités portuaires secondaires et le tourisme (surtout vers l’Indonésie) ainsi que les ateliers de production des zones industrielles (surtout vers la Malaisie), la cité Etat se réservant le port de conteneurs et les activités financières.

L’Inde n’a pas bénéficié d’une ouverture aussi rapide et précoce, et tente de rattraper son retard depuis les années 1990 par la « politique du regard vers l’Est ». Le nouveau PM indien, Narendra MODI, élu en mai 2014, a visité 33 pays pour inciter les entreprises étrangères à s’installer en Inde (main-d’œuvre abondante et bon marché, procédures administratives simplifiées), mais le pays manque d’infrastructures adaptées, notamment en matière de transports, et la très large autonomie des Etats qui composent l’Union indienne est un frein important (il y a des taxes intérieures lorsqu’on passe d’un Etat indien à un autre).

III – LES DEFIS POSES PAR LES DISPARITES, A DIFFERENTES ECHELLES 

1 – L’Asie du Sud et de l’Est, des disparités à l’échelle locale :

Au Japon, pays montagneux composé d’un archipel d’îles aux plaines côtières étroites, se pose le problème de la rivalité pour l’occupation de l’espace littoral entre l’habitat, les activités industrielles et les moyens de transport (les autoroutes suspendues et les voies ferrées traversent des zones très densément peuplées), ce qui fragilise les populations dans une zone très exposée aux risques majeurs (séismes, tsunamis, cyclones).

Voir les effets du séisme de Sendai du 11 mars 2011, qui a désorganisé l’économie japonaise en provoquant l’accident nucléaire de Fukushima. Nous savons que des problèmes d’aménagement de l’espace urbanisé se posent dans tous les Etats, comme à Mumbai.

2 – L’Asie du Sud et de l’Est, des disparités à l’échelle nationale :

Par exemple, l’organisation régionale du littoral chinois est le reflet d’une dualité de l’espace chinois qui se retrouve dans tous les domaines (ce qui correspond à la culture taoïste du yin et du yang).

La carte (carte p.357) montre que les territoires qui bénéficient de la croissance chinoise sont tous situés sur le littoral, à l’exception de deux provinces du centre. Ce sont aussi les provinces les plus riches, les plus densément peuplées. La Chine intérieure semble oubliée par la croissance (en particulier les provinces de l’ouest où vivent les minorités musulmanes et bouddhistes, persécutées comme au Tibet). Pourtant la Chine intérieure fournit au littoral la main-d’œuvre et l’énergie nécessaires au dynamisme du littoral (barrage des Trois Gorges sur le Yangzi achevé en 2003 après avoir déplacé 1,27 million de personnes, comportant une retenue d’eau de 660km de long, devenu le plus grand barrage du monde en 2009 lors de sa mise en service).

Exemple d’une région chinoise, Le Xinjiang, située dans l’ancien Turkestan oriental, au nord-ouest de la Chine, connaît de profonds changements et de grands  travaux d’aménagements pour intégrer ce  territoire resté longtemps aux marges de la croissance chinoise. Dossier pp.353-354

3 – L’Asie du Sud et de l’Est, des disparités à l’échelle régionale :

Commentaire de la carte n°1 p.350) Enfin, nous savons que cet espace ne dispose pas de structures politiques communes aux Etats qui le composent, leurs régimes politiques et leur situation économique étant très différentes, d’où les tensions engendrées par les rivalités entre puissances.

Nous pouvons distinguer quatre grands ensembles.

  1. Le Japon et les quatre « dragons » (Corée du Sud, Taiwan, Hong Kong et Singapour) sont des pays du Nord riches et développés, dont deux ont des régimes politiques démocratiques (Japon et Corée du Sud). Hong Kong est un cas particulier : territoire autonome rattaché à la Chine communiste, la ville bénéficie d’une autonomie menacée. Les trois autres Etats sont très liés aux Etats-Unis, même Taiwan qui n’est pourtant pas reconnu par les organisations internationales.
  2. La Chine est la puissance dominante de l’Asie orientale (voir cours d’Histoire) et elle s’efforce de rattacher à son territoire les provinces revendiquées (Taiwan) tout en élargissant sa ZEE (Spratly). La Corée du Nord est un Etat enclavé protégé par la Chine.
  3. Les « tigres » et « bébés tigres » de l’Asie du Sud-Est, sont membres de l’ASEAN (avec Singapour). Ce sont des pays de régime autoritaire, culturellement très divers (Indonésie et Malaisie musulmanes et hindouistes, le reste bouddhiste), qui connaissent une forte croissance économique (Vietnam) souvent dirigée par des investisseurs de la diaspora chinoise, mais qui tentent de se libérer de l’influence chinoise (accord du TPP signé par plusieurs pays de l’ASEAN).
  4. L’Asie du Sud est dominée par l’Union indienne, devenue la 7e puissance économique mondiale en 2016 et qui tente de rattraper son retard économique par une « politique de l’Est ». Cependant, l’Asie du Sud est fragilisée par les tensions entre Hindouistes (majoritaires dans l’Union indienne) et Musulmans (majoritaires au Pakistan, Afghanistan, Bangladesh), ainsi qu’avec les Bouddhistes (Sri Lanka).

CONCLUSION: Ainsi, l’Asie du Sud et de l’Est est confrontée à une multitude de défis, dont le nombre et l’ampleur sont aux dimensions de cet espace. Le premier est le défi démographique, dans ses différentes composantes, et celui de l’urbanisation croissante. Le second est le défi de la croissance économique spectaculaire mais qui doit être maîtrisée et prolongée dans la longue durée. Le troisième est le défi des disparités multiples et des rivalités entre Etats et communautés diverses. Force est de constater qu’à ces différents défis, les Etats asiatiques ont apporté des réponses très diverses qui fragilisent la cohésion de cette « Asie des moussons » au rôle essentiel dans le processus de mondialisation.

BIBLIOGRAPHIE

  • BENOIT B., SAUSAC R. (dir.), L’Asie, Bréal, 2010.
  • BOILLOT J.-J, Géopolitique de l’Asie, SEDES, 2007.
  • • BOUISSOU J.-M, GODEMENT F., JAFFRELOT C., Les géants d’Asie en 2025, Picquier poche, 2012.
  • • PELLETIER P., Atlas du Japon ; après Fukushima, une société fragilisée, Autrement, 2012.
  • • SANJUAN T., Atlas de la Chine : un monde sous tension, Autrement, 2013.
  • • SCOCCIMARRO R., « Le Japon : renouveau d’une puissance », La Documentation photographique, n° 8076, La Documentation française, juillet août 2010.

Revues :

• Diplomatie, Les Grands Dossiers, n° 14, « Géopolitique de l’Inde ; les défis de l’émergence », avril-mai 2013.

• Diplomatie, Les Grands Dossiers, n° 20, « Géopolitique de la Chine ; les défis de la puissance », avril-mai 2014.

• Hérodote n° 150, « Regards géopolitiques sur la Chine », 2013.

• Questions internationales, « La Chine dans la mondialisation », La Documentation française, n° 32, juillet-août 2008.

• Questions internationales, « La Chine et la nouvelle Asie », La Documentation française, n° 48, mars-avril 2011.

• Questions internationales, « Le Japon », La Documentation française, 2008.

Sites Internet:

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/motcle/c artotheque-themes/transports-reseaux.shtml : De nombreuses cartes sur l’Asie sont disponibles sur le site de la cartothèque de la Documentation photographique.

http://cartographie.sciences-po.fr/fr/cartotheque : Des cartes sur l’Asie sur le site de la cartothèque de Sciences Po Paris.

http://www.centreasia.eu/ Asia centre : des documents et des comptes rendus de conférences sur l’Asie

A propos pampi06

Professeur histoire géographie en lycée
Cet article, publié dans Géographie Terminale, Non classé, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s