Chapitre Géographie Première STMG : Les territoires européens 

ue-en-2016Les territoires européens

«Europe, Europes : un continent entre unité et diversité»

1er chapitre de géographie pour les classes de première STMG

Le thème proposé au BO du 1er mars 2012, programme d’histoire-géographie et éducation civique en première ST2S et STMG, invite à présenter la question sur les territoires européens à travers la lecture des cartes à différentes échelles (spatiales et temporelles) permettant de caractériser les territoires européens, sous les différents aspects de leur différenciation physique, du maillage politique, de la diversité culturelle et des disparités de développement.
Cette approche géographique permet de cerner la nature de l’objet géographique « Europe » et pose la question de ses limites.

Remarques générales :

Dans le contexte actuel d’une Europe confrontée à des crises multiples, au scepticisme généralisé, aux repliements nationaux revendiqués, au déclinisme médiatisé et au désintérêt de cette question de géographie par la génération actuelle des élèves, enseigner la géographie de l’Europe à des lycéens nés au lendemain de la mise en place de l’euro avec les premières difficultés économiques apparues, et surtout depuis 2007, une Europe qui doute et qui est contestée, est devenue complexe et un défi à relever.

Il est donc nécessaire de prendre en compte dans ce contexte différent de celui de l’époque où la question a été posée cette perspective nouvelle et de montrer que cette Europe asymétrique et en difficulté aujourd’hui présente encore des atouts malgré les contraintes géoéconomiques et politiques actuelles. L’Europe définie en tant qu’une organisation unique, l’Union européenne, fait donc débat et la question mise au programme invite à réfléchir auprès des élèves sur la poursuite et les modalités de cette solidarité qui sont aujourd’hui au centre des défis européens pour le futur.

Ce chapitre ne prétend pas à l’exhaustivité et les instructions officielles mettent d’ailleurs en garde. Cependant avec les 10/12h consacrées pour l’enseignement de cette leçon, cela laisse de la marge pour valoriser un angle plutôt qu’un autre et de dispenser un ensemble de connaissances utiles à des futurs citoyens pour appréhender une meilleure perception de la géographie de l’Europe, un espace et une organisation unique, un territoire vécu mais mal perçu par les lycéens.

Mise en œuvre du thème :

Programmation annuelle : novembre – décembre
Durée du chapitre 10h + 2h étude de cas
2 heures hebdomadaires
Matériel : un grand cahier (pour les leçons et les exercices)
5 items : comment définir l’Europe, un espace peuplé et prospère, frontières et limites de l’Union européenne, les disparités de développement, l’action sur les territoires
Notions à maîtriser : territoire, région, Etat, frontière, aménagement, développement, région, intégration territoriale.
Vocabulaire : milieu, transition démographique, métropole, dorsale européenne, IDE, politique de voisinage, politique de cohésion territoriale
Organisation des séquences :

Le professeur doit mettre en œuvre une démonstration selon les consignes officielles de mise en œuvre du programme de Première STMG tout en laissant la liberté pédagogique de l’enseignant. C’est sur ce postulat que j’ai choisi la démarche suivante en fonction des difficultés d’apprentissage du public ciblé, de l’accès aux salles informatique et du CDI de l’établissement, de consacrer une heure en activité TICE et une heure de remédiation, correction et leçon correspondantes en classe entière.
Une heure de mise en activité en salle informatique et au CDI ; une fiche TP distribuée avec les consignes, avec les indications de sites à visiter, avec une référence obligatoire à un article ou à un livre pris au CDI après consultation sur Esidoc.
Pendant l’heure de l’activité TICE, chaque élève travaille en autonomie et l’enseignant vérifie le travail de chacun.
Plusieurs travaux sont relevés à chaque séance.
L’heure suivante est consacrée à la correction et à la leçon.
Si impossibilité d’accéder à la salle informatique et au CDI, une fiche activité est proposée avec le document de référence en classe.
La leçon reste une démonstration faite par le professeur permettant la correction de l’activité faite en classe ou préparée à la maison à l’aide d’une fiche leçon de guidage.
Le bilan : le travail en autonomie et la réalisation d’une synthèse en classe entière est parfaitement adapté aux compétences et au besoin d’une classe de Première STMG.
Chapitre 1 : Les territoires européens : un continent entre unité et diversité

Chap.1 p.148/158, livre Première 1ère STMG, Histoire et géographie, « Hachette Education », 2012
(BOEN : mars 2012. 10h/12h)

(Travail inaugural du chapitre : à faire à la maison ou en classe)
Activité n°1 : Comment définir l’Europe ? Fiche 1 élève

Toutes les Fiches de 1 à 7, les activités proposées aux élèves dans ce chapitre, sont corrigées et ci-jointes. :

De même les fiches synthèses leçon à remplir par les élèves sont également jointes.

Questions pour démarrer le chapitre et comprendre l’objectif

1) Comment définir l’Europe ? Faîtes une liste de mots ou d’expressions que vous associerez au mot Europe.

Bilan : il en ressort une Europe définie à la fois comme un continent, une association d’Etats = union européenne, Eurasie etc. Donc difficulté de définir l’Europe car problème des limites à fixer.

2) Vérifions l’affirmation que l’Europe est un continent. Aidez-vous de la définition donnée par le dictionnaire (Petit Robert) un continent est « une grande étendue de terre délimitée par un ou plusieurs océans ». Sur le TP

3) Que constatez-vous ? Quelles limites conventionnelles posent problème pour délimiter l’Europe ?

D’après la définition l’Europe est l’Eurasie. La définition n’est pas satisfaisante. Le pb est celui de la limite à l’Est de l’Europe.

(Rappel à l’oral en quelques lignes) C’est une réponse politique qui a permis de délimiter artificiellement. Les contours les frontières « naturelles » n’existent pas, une conception née au XVIIIe siècle et c’est au temps de Pierre le Grand tsar de Russie que l’Oural a été choisie comme frontière entre l’Europe et l’Asie pour faire entrer le nouvel empire dans le concert des Nations européennes.
L’Oural est une « production culturelle » car l’Europe « naturelle » de l’Océan Atlantique à l’Oural est une invention d’un géographe russe, Vassili Tatichtchev, qui voulait rattacher son pays à l’espace européen au temps du Tsar Pierre le Grand ‘occidentaliste, il voulait rapprocher la Russie de l’Europe occidentale). Mais cette délimitation conventionnelle à l’Est est depuis longtemps abandonnée car la Russie est considérée en son entier comme un pays européen.

4) Que signifie le sigle UEFA ? Quels pays membres de cette organisation ne font pas partie de l’Europe selon vous ?

Union européenne des associations de football, Turquie, Israël, Arménie, Azerbaïdjan, Géorgie, Kazakhstan.

5) A partir du site de l’ined (définir le sigle). Indiquer le nombre d’habitants du continent européen. Vérifier si la Russie est comptée parmi les pays d’Europe ou pas ? La Turquie ?

Institut national d’études démographiques, 527 millions d’hab, la Russie est un pays européen, pas la Turquie.

Synthèse : A partir de vos réponses vous montrerez que l’Europe dite « géographique » est un continent aux limites floues ? A quoi l’Europe aujourd’hui est-elle associée ? Réponse reprise dans l’introduction

Introduction :

• (Carte Europe continent) L’Europe n’est pas vraiment un continent. Elle n’a pas de limites « naturelles ». C’est une portion de l’Eurasie car elle n’est pas séparée de l’Asie d’où la difficulté à déterminer les contours de ce continent à l’est.
• L’Europe s’étend sur une superficie de 10,1 M km² (une superficie équivalente à celle de la Chine, des EU, du Canada). C’est une péninsule, rattachée à un ensemble plus vaste, l’Eurasie. Entourée aux ¾ par des espaces maritimes, l’Europe est séparée de l’Afrique par le détroit de Gibraltar, de l’Asie par les Détroits de Dardanelles et du Bosphore. A l’est les géographes russes ont arbitrairement arrêté au XVIIème siècle l’espace européen à l’Oural et au Caucase (Vassili Tatichtchev).

• On entend par territoires européens, un territoire : un espace maîtrisé, délimité (des frontières), identifié (un nom), administré (des institutions) et approprié par ses habitants. Pourquoi parler des territoires ? Un continent, UE, les territoires ultramarins européens, une « région » européenne, changement d’échelle : la France, une région transfrontalière, une métropole etc.
• Aujourd’hui l’Europe est assimilée à l’Union Européenne, une association unique et originale d’Etats.

PB : Quels sont les différents territoires européens ? En quoi l’Union Européenne est-elle une construction unique et fragilisée ?

I – L’EUROPE EST MARQUÉE PAR SA DIVERSITÉ :

Devise (2000) « L’Europe est unie dans sa diversité »
À définir avec les élèves :
unité : pas uniformité, des points communs qui rassemblent.
Diversité : pas éclatement, des points divergents qui n’excluent pas pour autant.

1 – Un continent aux limites imprécises :

Fiche 1 Définir l’Europe

Activité n°2 : Diversité des milieux naturels Fiche 2

(Rappel rapide à l’oral,du mythe fondateur de l’Europe à partir de l’exemple d’un tableau). Il s’agit d’un tableau ou d’une représentation évoquant l’enlèvement d’Europe. Le mot Europe est né en Grèce antique. Il s’est forgé à partir d’un mythe fondateur asiatique. Europe était une princesse phénicienne de Tyr (au Moyen-Orient, Liban). Zeus, qui en était tombé éperdument amoureux, se transforma en taureau blanc pour l’enlever et la déposer sur l’île de Crète. Europe donna naissance à Minos, roi légendaire de l’île qui abrita la première grande civilisation du continent. Minos vivait dans un palais immense qui inspira la légende du labyrinthe, gardé par le minotaure. C’est une allégorie de la civilisation grecque, ouverte aux apports extérieurs. Les géographes grecs sont les premiers à utiliser le mot pour désigner un espace, d’abord limité à la Grèce puis à toute la péninsule de l’Asie.

(Trace écrite) L’Europe est un espace géographique qui est une partie du continent eurasien. Beaucoup d’Etats sont regroupés sous l’appellation « Europe » : l’UE (28 membres jusqu‘en mars 2017) sur un total de 51 Etats.
Or Le Conseil de l’Europe regroupe 47 Etats (dont la Turquie). voir carte.

(A l’oral) Ce n’est pas une institution de l’UE, il a pour buts principaux de défendre la démocratie et les droits de l’homme et de consolider l’identité européenne) les compétitions sportives européennes incluent des Etats de la rive sud de la Méditerranée et d’Asie centrale comme UEFA.

(Trace écrite ) Où finit donc l’Europe ? En effet elle est délimitée à l’Ouest (Atlantique), au Nord (Mer du Nord) et au Sud (la Méditerranée) mais où s’arrête-t-elle à l’est ? C’est bien la limite à l’Est de l’Europe qui pose problème. La Russie est un pays d’Europe ? Et la Turquie ?
Par convention, les géographes indiquent que l’Europe s’étend de l’Atlantique à l’Oural et que la Turquie en est exclue. Depuis on admet que la Russie toute entière fait partie de l’Europe.
L’Europe ainsi limitée : c’est 7% de la surface des terres émergées, 11 millions de km2 et plus de 738,8 millions d’habitants (avec la Russie) (source insee 2016).

Activité : Placez les limites conventionnelles de l’Europe.

2 – Une grande variété de paysages bio climatiques à toutes les échelles :

Fiche 2

Pb : Peut-on parler d’unité européenne sur des critères naturels ?

• Pas d’unité de relief en Europe : (Trace écrite)

• Au sud : l’Europe des montagnes jeunes et des bassins d’effondrement où se trouvent les plus hauts sommets (Mont Elbrouz, 5633m) et qui est soumise aux séismes, au volcanisme (effets de la tectonique des plaques sous la poussée de l’Afrique et du rift océanique).
• Au nord : l’Europe des grandes plaines composée de vastes régions arasées par les glaciers quaternaires d’où émergent les Monts scandinaves et l’Oural récemment libérés des glaces (effet bouchon de liège).
• Au centre : l’Europe des plateaux, composée de bassins sédimentaires et de massifs anciens usés par l’érosion, où les couloirs de circulation majeurs sont liés à la présence de fleuves importants. Pas d’unité de relief aussi à l’échelle de la France (littoraux, montagnes, plaines). Montrer les cartes [13]

• Pas d’unité de climat :

Les données climatiques et biogéographiques :

l’étude des climats, des sols et de la végétation permet de distinguer trois ensembles.

• Au sud : l’Europe méditerranéenne (ex. Athènes) marquée par une période de sècheresse en été, des hivers doux et une opposition marquée entre les régions littorales et les montagnes qui les entourent (au dessus de 500m, gradient thermique de –0,6°C/100m), où les précipitations sont plus abondantes.

• A l’ouest : l’Europe atlantique (ex. Valentia) aux hivers doux mais aux précipitations très abondantes avec un maximum d’hiver lié à l’influence du Gulf Stream (courant marin chaud venant du Golfe du Mexique). Les régions atlantiques sont en position de « Finistère » (terminus des grandes voies de communication européennes), ce qui renforce leur particularité.

• A l’est : l’Europe continentale (ex. Moscou) au climat rude marqué par une forte amplitude thermique, une période de gel en hiver et des précipitations peu abondantes, maximales en été. Ces critères climatiques expliquent la mise en valeur tardive des régions correspondantes. Idem à l’échelle de la France.

(Exemple de trace écrite sous forme de tableau proposée aux élèves)

3 – Une grande diversité linguistique et culturelle des territoires européens :

Activité n°2 Fiche 2 (2ème exercice) : Diversité linguistique et culturelle

Pb : En quoi la diversité linguistique et culturelle des territoires européens est-elle source de richesse ?

[A l’oral) Les premiers européens sont apparus dans le Caucase (ils venaient d’Afrique via le Moyen-Orient). Le peuplement s’est étendu à toute l’Europe dès le néolithique, en profitant d’une période de réchauffement climatique. La population fut ensuite augmentée d’apports migratoires successifs (conquêtes ou migrations économiques). Il en résulte une grande diversité des langues et des cultures, reflet d’une histoire riche de métissages et d’échanges (comme le suggère le mythe d’Europe).

(Proposition de trace écrite)

L’Europe occidentale : deux grands ensembles linguistiques s’y distinguent. Les langues romanes (dérivées du latin : Français, Espagnol, Italien) se rencontrent au SO de l’Europe, mais aussi en Roumanie. Les langues germaniques dominent dans le NO de l’Europe (Allemand, Anglais). Mais d’autres groupes linguistiques sont présents comme les langues celtiques et la langue basque (témoin des langues préhistoriques de cette région ?). La culture occidentale est fortement marquée par deux ensembles religieux : le catholicisme au SO et le protestantisme au NO, sans coïncidence avec les aires linguistiques.

L’Europe orientale : deux ensembles linguistiques s’y distinguent. La langue grecque domine au SE de l’Europe (Grèce, Chypre). Les langues slaves dominent partout ailleurs, avec une transcription dite cyrillique (du nom du moine qui inventa une écriture adaptée aux sonorités des langues slaves mais dérivée du grec). (Activité : colorier en jaune les pays de langue slave, puis dessiner un trait rouge pour distinguer les pays d’écriture latine des pays d’écriture cyrillique) La culture orientale est fortement marquée par deux ensembles religieux : la religion orthodoxe (christianisme de rite grec) et l’Islam (Bosnie-Herzégovine, Albanie et Kosovo, Tchétchénie, etc.).

L’Europe médiane : située entre les deux ensembles précédents, elle fait figure de zone de contacts et d’échanges, de la Croatie au sud, jusqu’à la Finlande au nord. Cet ensemble est marqué par une grande diversité linguistique et culturelle : langues slaves, finno-ougriennes, baltes, apparentent les populations à celles de l’Europe orientale. L’importance accordée par les populations au catholicisme (de la Croatie à la Lituanie) ou au protestantisme (de la Lettonie à la Finlande) apparente les populations à celles de l’Europe occidentale.

( Un exemple de trace écrite sous forme de tableau à faire remplir par les élèves )

Et un autre repérage culturel sur l’écriture pour montrer aux élèves la diversité et l’imbrication des différents éléments socio-culturel : un exemple, un bosniaque musulman écrit en cyrillique !

Mais des repères culturels communs : activité n°3 Fiche 3

Une carte plus complexe pour montrer qu’au total plus de 120 langues et 3 alphabets (latin, grec et cyrillique). Il existe en outre des langues locales : pour uniquement l’UE 60 langues régionales ou minoritaires sont parlées par près de 10% de sa population.

(Texte à trou à compléter à partir de la fiche activité n°3)

La démocratie : née en Grèce ancienne et adoptée par la plupart des Etats européens aujourd’hui.
Foyer du christianisme : A l’origine des églises et monastères bâtis en Europe.
Un modèle économique : aux XIX° et XX°s. l’Europe a été le berceau du capitalisme, l’Europe reste aujourd’hui un continent composé en majorité de pays riches, développés.
La laïcisation : concerne tous les Etats européens,
Les idées de liberté individuelle, des droits de l’homme, de la modernité
Des héritages historiques : des liens anciens entre les différents territoires depuis l’Antiquité à nos jours.
4 – L’Europe est un espace fragmenté : de nombreux Etats aux frontières mouvantes et récentes

Activité n°4 Fiche 4 : Des frontières mouvantes et nombreuses et diversité des régimes politiques

Pb : En quoi les frontières et les régimes politiques en Europe sont-ils le reflet d’un riche héritage historique ?

a – De nombreux Etats en Europe : 50 Etats en 2016 (site officiel un.org)

(TP/TICE à faire à la maison : L’activité consiste à replacer les pays européens sur le fond de carte du continent)

Voir le site : France TV Education

(Replacer les noms des Etats sur le fond de carte de l’Europe distribuée. Travail à faire à la maison. Compétence demandée : repérage des Etats souverains en Europe.)

Surtout travail à partir du site touteleurope.eupour l’activité n°4 fiche 4

(Tableau à remplir) L’Europe comprend près d’une cinquantaine d’Etats marqués par leur diversité. Ils sont divers par leur superficie : des micro-Etats comme le Vatican (0,44km2), San Marin, Monaco, Andorre ; ou de grands Etats comme la France, l’Espagne, l’Allemagne et la Pologne.
Des Etats européens divers par leur régime politique : république, monarchie parlementaire. Diversité d’organisation politique comme le centralisme français, la décentralisation italienne, le fédéralisme allemand ou Belge mais un point commun ce sont tous des Etats démocratiques (sauf Biélorussie).

L’Europe apparaît ainsi divisée face aux géants géopolitiques du monde tels que la Chine ou les Etats-Unis.

Mais ce sont des Etats souverains. Depuis le XVIIIème siècle les Etats ont organisé leur territoire pour faire correspondre la population et l’Etat. C’est le modèle de l’Etat-nation (expression désignant une population qui partage une histoire, une culture, vit sur un même territoire, sous une organisation politique commune). Mais des régimes démocratiques pour la plupart des Etats européens sauf pour la Biélorussie et pb de la Russie de Poutine

b – Des frontières multiples : voir cartes

L’Europe est un continent fragmenté, car l’Europe a connu de nombreux changement de frontières dans le temps et les populations ont changé plusieurs fois de souveraineté.

Quelles sont ces frontières stables ou mouvantes en Europe ?
(Trace écrite)

Des frontières anciennes et stables en Europe occidentale avant 1914 : France, Belgique, Pays-Bas, Norvège, Suède, Espagne, Portugal, Angleterre.
Des frontières modifiées par les traités des années vingt : Irlande (Eire se séparant de l’Ulster), Autriche, Hongrie, Turquie.
Les frontières récentes et fragiles se situent en Europe centrale et orientale.

L’Europe a connu d’importants changements de frontières depuis 1945.

(A l’oral) Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale on assista à un transfert massif de populations, suivi d’une recomposition des frontières. En 1945, l’URSS occupa les pays Baltes en compensation de territoires donnés à la Pologne
Durant la période de la guerre froide, un rideau de fer (expression pour désigner une frontière fermée) a séparé artificiellement pendant 60 ans les populations entre l’Europe de l’est (communiste) de l’Europe de l’ouest (libérale). En 1949, l’Allemagne de l’Ouest devient la RFA et se sépare de sa partie orientale, devenue un autre pays la RDA.

(Questions : De quand date le tracé des dernières frontières politiques ? Quel évènement majeur l’a provoqué ? Quels pays ont été concernés ? Quelles en furent les conséquences ?)

En 1989, avec la chute du mur de Berlin de nouvelles frontières apparaissent en Europe. L’Allemagne est réunifiée, les frontières entre RDA et RFA disparaissent. En 1989, les pays Baltes obtiennent leur indépendance. L’URSS a son tour « implose » et abandonne 71 ans de communisme. La Biélorussie, l’Ukraine, les pays Baltes en autres deviennent indépendants. La Yougoslavie à son tour implose en 1992 en donnant naissance à 7 Etats actuels. La Tchécoslovaquie se scinde en deux pays en 1993 : la Slovaquie et la R.Tchèque.
(Carte des minorités et des nationalités à projeter) L’Europe est morcelée. Cela entraîne le réveil des nationalités (des minorités) d’où de nouvelles recompositions territoriales en Europe. Carte des revendications nationalistes.

(A l’oral) C’est dans l’Ex-Yougoslavie (1918-1991) que la fin de la guerre froide eut des conséquences terribles : guerre civile, épuration ethnique. L’ex-Yougoslavie connaît de nouvelles frontières : division en 7 Etats et conflits meurtriers en Bosnie, au Kosovo. Cependant, la démocratisation progresse, avec le soutien de l’Union européenne.

Conclusion : La diversité l’emporte sur l’unité dans de nombreux domaines mais l’Europe est aussi un espace aux repères culturels communs, un espace prospère et développé et un espace dans lequel a été créé une organisation unique.

II – L’EUROPE, UN PÔLE DE PUISSANCE MAJEUR MARQUÉ PAR DES DISPARITÉS INTERNES :

Pb : Comment les hommes et les richesses sont-ils répartis dans les différents territoires européens ?

On entend par disparités, les différences ou les contrastes soit sur le plan démographique ou soit au niveau du développement économique ou de richesse.

1 – Un espace peuplé, métropolisé et aménagé :

Activité n°5 Fiche 5 Un espace peuplé, métropolisé et aménagé

(Compétences : analyser et faire une lecture critique d’une carte du taux de population dans les pays de l’U.E, à présenter puis à analyser)

Sites Internet à visiter : touteleurope.eu et eurostat

(Trace écrite, correction des questions posées dans la fiche 5)

R1 : Les régions les plus densément peuplées (200 hab/km2) se situent dans la mégalopole (vaste ensemble sur plusieurs centaines de km, intégrant des régions fortement et densément peuplées, très urbanisées, industrielles et tertiaires). Il s’agit du sud de l’Angleterre, les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg, l’Allemagne Rhénane, l’Italie du Nord à ceux là s’ajoutent les Etats les plus peuplés d’Europe comme la Pologne, l’Allemagne, la France regroupant 75% de la population avec l’Angleterre, l’Italie et l’Espagne.
Les « vides » humains se situent en Europe orientale (Russie occidentale, Biélorussie, les Républiques Baltes) au sud des Balkans (Grèce, Albanie, Macédoine, Bosnie-Herzégovine).

R2 : (carte des taux de fécondité dans les Etats de l’UE)] L’accroissement naturel où le taux de natalité a augmenté particulièrement en Europe Occidentale : en France, au Royaume Uni, en Irlande.
Le taux de fécondité,(le nombre moyen d’enfants en moyenne par femme en âge de procréer) est passé au-delà de la barre de 1,8 à 2, permettant le renouvellement des générations (seuil étant 1,8/femme).

En dessous de ce seuil, le renouvellement des générations n’est plus assuré, on est alors en situation de vieillissement de la population. L’Europe a connu une transition démographique précoce au XIX°s, l’accroissement naturel a été très fort, la population a doublé et 50 millions d’Européens ont migré vers le reste du monde. Aujourd’hui, la population européenne vieillit et de nombreux États ont une population qui diminue.

R3 : Les flux migratoires, les déplacements des populations, depuis la fin des années 80, a augmenté en Europe et ont joué un rôle important dans l’accroissement démographique des pays européens.

R.4 : L’Europe représente un peu plus de 10% de la population mondiale. La plupart des États européens ont des densités supérieures à 100 habs/km² et de vastes aires urbaines dépassant les 400 hbts/ km².
L’Europe est donc un continent urbanisé, en particulier dans sa partie centrale où se situe la dorsale européenne, l’une des 3 grandes mégalopoles mondiales (espace urbanisé formé de plusieurs agglomérations qui s’étendent pour former un ensemble urbain continu et cela sur de longues distances, plusieurs centaines de km), qui s’étend du sud de l’Angleterre au nord de l’Italie, en passant par l’Allemagne rhénane.
Cette urbanisation est ancienne : héritage à la fois de l’essor des villes au Moyen-Age et de l’industrialisation au cours du XIXe siècle entraînant la naissance de pôles urbains (Allemagne rhénane).
De nombreuses villes européennes sont des métropoles (des villes qui disposent d’un pouvoir de décision et qui exercent une influence sur un territoire étendu, régional, national, voire international). Londres et Paris sont définies comme des métropoles de rang mondial. Petit schéma à prévoir.

2 – Un pôle de développement mais des disparités internes :

Activité n°6 Fiche 6 Un pôle de puissance mais des disparités internes

L’activité présentée ici

Fond de carte Europe 2016

(Activité : Construire une carte à partir de données chiffrées [données 2016 « bilan du monde 2016 »] : PIB/habitant et par Etat ; faire un croquis et rédiger ensuite une petite synthèse)

Voir site : eurostats, rubrique stats générales et régionales et régions (chiffres 2013)

Synthèse : A partir de votre carte et en vous appuyant sur ce document vous évoquerez les trois différents niveaux de développement dans l’UE en précisant les espaces géographiques concernés (correction Fiche 6). Puis en vous appuyant sur l’exemple de la Roumanie vous montrerez que les inégalités se remarquent à différentes échelles.

Des écarts considérables à différentes échelles :

On distingue trois niveaux de développement économique, trois situations de richesse grâce à l’étude du PIB/hab en Europe.
• Un premier groupe de régions qui se distingue avec un PIB trois fois supérieur à la moyenne européenne comprenant le bassin de Londres, l’Italie du Nord, le bassin parisien, le Danemark, les Pays-Bas, l’Irlande, l’Allemagne rhénane et du Sud ;
• puis un 2ème groupe de régions européennes ayant un PIB/hab intermédiaire comprenant la France, la Suède, l’Autriche, la Finlande riveraine de la Baltique, la région de Rome en Italie.
Des régions les plus puissantes : (carte les métropoles européennes, doc n°2, p.155) d’abord par la dorsale européenne regroupant 25 régions urbaines de plus de 5 millions d’habitants qui créent 50% de la richesse de l’UE. Ensuite les régions métropolitaines, comme Londres et Paris polarisent l’essentiel des investissements et des richesses. Dans les pays riches, non membres de l’UE comme la Suisse, la Norvège et l’Islande sont aussi des pays riches (source Eurostat).

(A l’oral), ces trois pays ont choisi de ne pas adhérer à l’UE, par référendum, en partie en raison de leurs particularités économiques : la Norvège bénéficie d’importants gisements pétroliers et l’économie de la Suisse repose sur son secteur bancaire. Ne pas oublier les micro-Etats prospères comme Monaco, Vatican, Andorre, Liechtenstein, qui ne sont pas membres de l’UE mais entretiennent des liens étroits.

• Les territoires en marge : les marges orientales et méridionales qui regroupent les territoires les plus pauvres : les régions frontalières avec la Russie, la Biélorussie, l’Ukraine, la Moldavie. De même l’Albanie, la Macédoine et une partie des Etats de l’ex-Yougoslavie font des Balkans un espace moins développé.

Un exemple de carte montrant les disparités de développement en Europe par régions.

[20] source : eurostat, PIB indice 100 année 2015)

3 – L’action sur les territoires : des outils pour favoriser le développement des territoires et tenter de corriger les déséquilibres

Présentations des politiques menées par l’UE :

(Voir site europ.eu, rubrique UE par thème, politique régionale)

Buts : élargir et organiser les aides européennes. A finir avec documents projetés, voir la notion de « région » européenne, carte eurostat, l’UE a choisi d’utiliser les découpages régionaux en vigueur dans chaque Etat-membre pour mettre en place ses actions d’aide au développement.

Montrer à partir d’une carte des « régions » européennes ou stats que les écarts de développement sont de un à vingt.

Autre action sur les territoires : politique de voisinage pour favoriser la stabilité de sa périphérie proche. Montrer carte ou tableau.

Actions concrètes : La politique régionale est mise en œuvre par l’intermédiaire du Fonds européen de développement régional (FEDER) et du Fonds de cohésion. Ainsi des aides financières de l’UE, montrer un exemple de réalisation, celui de leur livre ou autre (observatoire des Canaries ou un exemple local le tramway de Nice FEDER fournit 3 millions € /700 mil

A propos pampi06

Professeur histoire géographie en lycée
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.