Info Géographie Première 📰 : l’activité industrielle en France en 2016

Au delà d’Alstom, l’emploi industriel poursuit son déclin en France. A lire le dossier proposé par LE MONDE | 16.09.2016, par Anne-Aël Durand

L’usine Alstom de Belfort, en 2014. | SEBASTIEN BOZON / AFP

A Belfort, on fabrique des locomotives depuis 1879. L’annonce par Alstom de l’arrêt de la production en 2018 a été un choc pour les salariés, pour la ville et pour les responsables politiques. Après la fermeture des hauts-fourneaux à Florange en 2011, Alstom devient le nouveau symbole de la désindustrialisation. Ces deux sites emblématiques se trouvent dans l’est de la France, une région où l’industrie est particulièrement implantée.

Lire aussi : Alstom à Belfort adieu à l’usine 


L’Est et le centre-ouest concentrent les emplois industriels en France

Pourcentage de l’emploi industriel sur l’emploi total par département en 2014

CHUTE CONTINUE ET GÉNÉRALISÉE

En raison de la croissance démographique, l’emploi total a augmenté en valeur absolue en France depuis vingt-cinq ans, passant de 23 millions de personnes salariées et non salariées en 1989 à près de 27 millions en 2014. Pourtant, le nombre d’actifs dans le secteur industriel n’a cessé de décliner : plus de 1,4 million d’emplois ont été perdus. Les branches les plus touchées sont la production de biens de consommation, de biens intermédiaires et, dans une moindre part, d’automobile, alors que l’agroalimentaire ou l’énergie reste stable.

L’industrie française a perdu plus de 1,4 million d’emplois en vingt-cinq ans
Si certains secteurs sont relativement stables (raffinages, extraction, matériel de transport), la fabrication d’autres produits industriels a diminué, selon l’Insee.

La tendance s’est poursuivie au cours des cinq dernières années, avec près de 190 000 emplois industriels détruits, avec un « pic » au début de l’année 2013. Et les créations d’emplois constatées depuis un an n’ont pas profité au secteur.

Les destructions d’emploi dans l’industrie depuis cinq ans

Lire aussi : L’emploi va mieux en France, mais pas dans tous les secteurs

La France n’est pas le seul pays à souffrir de cette désindustrialisation : l’Espagne et l’Italie, fortement touchées par la crise économique de 2009, ont vu les emplois dégringoler dans l’industrie et la construction. Dans l’ensemble de l’Europe, le secteur passe de 27 à 23 % des actifs (en comptant le BTP).

La baisse des emplois industriels, une tendance globale en Europe
Part de l’industrie (y compris la construction) dans différents pays de l’UE en 2014.


Lire aussi : la production industrielle établit un nouvel ordre mondial

« TERTIARISATION » DE L’ÉCONOMIE

L’industrie n’emploie plus que 3,1 millions de personnes, et ne représente que 12 % de l’activité en France (hors construction), contre 20 % en 1989. Dans la même période, l’agriculture a aussi décliné (passant de 5 % à 2 % des actifs), alors que le secteur tertiaire (commerce, transport, restauration, finance, immobilier, administration, santé, enseignement…) n’a cessé de progresser, passant de 67 à 79 % des actifs.

L’industrie passe de 20 à 12 % des emplois en vingt-cinq ans, supplanté par les services
Evolution des emplois par secteur d’activité entre 1989 et 2014, selon l’Insee.

Ces chiffres sont parfois en trompe-l’œil, puisqu’une partie des emplois industriels ont, en réalité, basculé vers le secteur tertiaire : l’intérim, très utilisé comme variable d’ajustement dans les usines, est ainsi compté comme un emploi de service et non de production. Selon un rapport publié en 2010 par la direction générale du Trésor, 25 % des pertes d’emploi dans l’industrie peuvent s’expliquer par ce transfert vers les services.

Selon ce rapport sur la désindustrialisation en France entre 1980 et 2007, les gains de productivité (modernisation et réduction des besoins de main-d’œuvre) sont responsables de 29 % des destructions d’emploi – et même de 65 % dans les dernières années, entre 2000 et 2007. Il est, en revanche, plus complexe d’estimer l’effet de la concurrence internationale : si une approche comptable estime qu’elle pèse pour 28 % des destructions d’emploi entre 2000 et 2007, l’approche économétrique avance une fourchette plus large (entre 9 et 70 %).

Par Anne-Aël Durand

A propos pampi06

Professeur histoire géographie en lycée
Cet article, publié dans Géographie Première, Géographie Première STMG, Non classé, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.