Correction analyse de document en histoire (type bac Term S)

planche_de_dessins_Gotlieb format JPEGDM corrigé sur l’analyse d’une planche de dessins de Marcel Gotlieb intitulé « Sur l’air du tra-deri-dera » publié dans Pilote, le 27 novembre 1969, qui permettait de réfléchir sur le réveil des mémoires de la Seconde Guerre Mondiale, sur les mémoires occultées au lendemain de la Libération.

ANALYSE DE DOCUMENT CORRIGE 2015

« Sur l’air du tra-deri-dera. »

 INTRODUCTION : (Phrase amorce et explication du sens du sujet) L’image que l’on se fait de la Seconde Guerre mondiale n’est pas la même pour tous. (Nature, auteur, date) Nous disposons d’un document qui en fournit une illustration autour de la mémoire de la Shoah et du thème des enfants cachés. Notre document est une planche de BD publiée par le dessinateur Marcel GOTLIEB dans le magazine Pilote, une publication qui s’adresse aux jeunes, le 27 novembre 1969, (le contexte) soit 24 ans après la fin du Second Conflit mondial, dans une période de réveil des mémoires.

En quoi ce document est-il révélateur des interrogations d’une génération nouvelle et du réveil des mémoires de la Seconde Guerre mondiale ? (le plan) Pour répondre à cette question, nous aborderons la vision qu’offre un enfant de 8 ans (le contexte des enfants juifs cachés pendant la Seconde Guerre mondiale), le réveil de la mémoire de la déportation et puis le message de l’auteur.

DEVELOPPEMENT :  Cette planche de BD met en images le sort d’un enfant de huit ans qui va à l’école, apprend une comptine, et vit dans une ferme durant l’été 1942. L’auteur de la BD met en relief les interrogations de cet enfant qui ne comprend pas les mots employés par son copain dans la comptine. Tout est étrange et mystérieux pour cet enfant qui ne comprend pas non plus pourquoi la famille COUDRAY qui l’héberge le tient éloigné de ses parents restés « sous l’orage ». De même, il ne comprend pas pourquoi on finit par lui interdire d’aller à l’école, en le retenant à la ferme, auprès d’une chèvre et des autres animaux domestiques.

A travers cette planche au contenu autobiographique, l’auteur tente pudiquement de témoigner de sa propre enfance. En effet, Marcel GOTLIEB, dit GOTLIB, est né le 14 juillet 1934 à Paris, dans une famille d’immigrés juifs hongrois. « L’orage » qui intrigue tant l’enfant est l’arrestation de son père Ervin par la police française en septembre 1942 (après la « rafle du Vel d’Hiv » du 16 juillet 1942). Il est interné à Drancy puis assassiné à Buchenwald le 10 février 1945. Marcel GOTLIEB a été caché par sa mère, ainsi que sa sœur, chez des paysans (le père et la mère COUDRAY) qui n’ont pas l’air très chaleureux (il les qualifiera d’un peu « Thénardier sur les bords » lors d’une interview parue dans Télérama).

Le passage du silence à la parole, de l’incompréhension à l’appropriation a été un processus long et difficile. C’est ce que l’auteur veut nous faire comprendre à travers les quatre dernières cases de cette BD. Ce regard lucide porté sur son enfance, que l’auteur n’avait jamais évoquée publiquement auparavant, est motivé par la naissance de sa fille, alors qu’il a 35 ans. Il espère qu’elle ne connaitra pas le même sort lorsqu’elle aura huit ans en 1977.

Au moment où le résistancialisme est remis en cause, avec l’arrivée d’une nouvelle génération, le départ du général de Gaulle en avril 1969, le tournage du film Le Chagrin et la Pitié, Marcel GOTLIEB nous livre un témoignage tout en nuances. S’il évoque la douceur de l’étable et l’insouciance de l’enfant, il suggère la tragédie vécue par ses parents et le sentiment de solitude qu’il a ressenti car « l’orage a duré longtemps », d’où le titre de la planche « chanson aigre-douce ».

 CONCLUSION : Ainsi ce document témoigne du réveil des mémoires de la Seconde Guerre mondiale, celles des enfants cachés ayant été occultées jusqu’alors parce que liées à la Shoah. Marcel GOTLIEB, en faisant référence à sa fille qui aura 35 ans en 2004, exprime le « devoir de mémoire » qui est le nôtre, afin que cela ne se reproduise pas.

A propos pampi06

Professeur histoire géographie en lycée
Cet article, publié dans Histoire Terminale, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.